UARA – Réunion du 9 janvier

Mes très chers amis,

Je me permet de vous appeler ainsi , car à se fréquenter depuis quelques dizaines d’années, cela tisse des liens….

Nous voilà avec la fin de cette année qui approche, année de merde dit Antoine De Caunes, animateur radio sur France Inter . J’espère que ces derniers jours de 2020 se dérouleront dans la sérénité en attendant la prochaine…année qui nous permettra de nous retrouver, enfin peut-être ..

Pour patienter , je vous rappelle à tous que

nous devons nous retrouver sur Zoom le samedi 9 janvier à 18 heure .

Les sujets sont à choisir , et je propose que chacun en propose un à la réflexion de tous, sujet pouvant être bien sûr, sa principale préoccupation actuelle , dans son projet maritime :

Un exemple, moi: je réfléchis à la peinture , du pont d’abord puis de la coque que je veux faire dès les premiers beaux jours . Certains d’entre vous y sont déjà passé et connaissent quelques astuces qui me seraient sûrement bien utiles .

D’autres , peut-être plus avancés dans leurs projets ont des idées de croisière en Grèce que d’aucun , ayant fréquenté ces rivages pourraient utilement aider , etc .

Que chacun amène sa préoccupation du moment et nous devrions déjà passer quelques instants d’échanges agréables .

Ce n’est bien sûr qu’une proposition , à discuter, elle aussi .

Et nous verrons aussi, rapidement, comment faire une assemblée générale par zoom, possible réglementairement, d’après mes sources .

Je propose donc à Georges de nous organiser ce zoom du samedi 9 janvier à 18h .

En espérant vous avoir bien nombreux dans cette future liaison…

Dans toute la mesure du possible, et pour éviter les rodomontades (justifiées…) de la dernière fois , je vous demanderai de bien vouloir accuser réception de ce message , afin de vérifier que personne n’a été oublié .

Et de faire de même pour les message que Georges vous enverra pour le lien Zoom.

Bien amicalement… vôtre!

Pascal

 

Connaissez-vous le Point Nemo ?

Qu’est-ce que le point Nemo, le lieu le plus inaccessible du globe ?
Par Le Figaro   29 décembre

Dans le Pacifique, les navigateurs en tête du Vendée Globe s’approchent du point le plus retiré du globe et le plus isolé de toutes terres.
Yannick Bestaven menait toujours la flotte du Vendée Globe dans le Pacifique lundi 28 décembre, en direction du mythique cap Horn. Sauf surprise, il devrait être le premier à arriver au point Nemo, le point du globe le plus éloigné de toute terre. Cette zone se trouve à équidistance entre la pointe sud de la Nouvelle-Zélande et le cap Horn.

Le point Nemo est un passage mythique, qui renvoie à l’imaginaire de nombre de marins car nommé ainsi en référence au célèbre capitaine du Nautilus, créé par Jules Verne dans son roman 20.000 lieues sous les mers.
Ce point GPS désigne le pôle maritime d’inaccessibilité : calculé en 1992, il se trouve exactement

à la latitude 48°52’31 » Sud et à la longitude 123°23’33 » Ouest.

Isabelle Joschke (MACSF), seule femme dans le Top 10 de la course, a fait part de son émotion de se trouver là : «Je trouve ça incroyable de voir combien ça me faisait peur de traverser ces mers du sud – ça me faisait frissonner rien que d’y penser – et maintenant que j’y suis, le plaisir que j’ai. De la Nouvelle-Zélande au Cap Horn, je vais traverser le bout du bout du monde, c’est à dire le point Nemo, cet endroit le plus éloigné de toute terre, j’y vais et je m’en réjouis», a dit à l’AFP la navigatrice franco-allemande.

«Et je trouve ça magique, je vois que mes peurs se sont calmées ou en tout cas j’ai réussi à les transformer. Aujourd’hui je me sens parfaitement à la hauteur du challenge. Plus ça va, plus je me suis installée dans cette course, plus j’en prends la mesure, plus je m’y sens à ma place».

Décharge spatiale

Ce repère symbole d’éloignement absolu a mauvaise réputation auprès des marins, et pour cause : en cas de pépin, une équipe de sauvetage venue d’une terre avoisinante mettrait au moins de 15 jours à y accéder.
Il est même coutume de dire que les humains les plus proches du point Nemo se trouvent dans l’espace, à bord de la Station spatiale internationale (ISS).
Celle-ci tourne en effet en orbite entre 330 et 410 km environ au-dessus de la surface du globe, alors que la première terre habitée du point se trouve à 2700 kilomètres environ.

Le point Nemo est également une décharge spatiale : en raison de son éloignement, de nombreux débris spatiaux y sont «enterrés». 250 à 300 engins spatiaux en fin de vie s’y trouveraient, dont la station spatiale soviétique Mir ou les restes de la station spatiale chinoise Tiangong-1.

53 commentaires        richard leduc le 29/12/2020 à 09:03

Une décharge !!!!! Tout est dit….

PLASTIMO – Promotions du Salon Nautique

Les promos du « non » salon de Plastimo…

Date: 30 novembre 2020

Le salon NAUTIC de Paris n’aura pas lieu cette année mais les promotions et les ventes continuent …  pendant cette période, PLASTIMO vous propose dès aujourd’hui nos promotions :

Les Radeaux de survie= – 5% -10% 

Pour les bateaux à moteur, les tours de Wake Monster Tower, les T-Top Fishmaster et les arceaux Turboswing = Accessoires offerts 

Les Jumelles STEINER  avec compas incorporé = -25%

Les VHF

Les Packs Annexes + moteurs Suzuki

les balises de détresse Ocean signal

Offre valable jusqu’au 31 Décembre 2020

 

                                                        

Nils JEANSSON

Responsable de secteur     M : +33 (0) 680 67 33 83             

Rue du Commandant L’Herminier – 56100 – LORIENT – France // www.plastimo.com 

 

 

COVID 19 et règles applicables pour la navigation de plaisance

Voici les dernières dispositions! En attendant les prochaines !

COVID-19 : les nouvelles règles applicables à la navigation de plaisance à compter du 28/11/2020

Depuis le discours de notre président le mardi 24 novembre, la réponse à la question « Quand pourrons-nous re-naviguer? » restait pour beaucoup un peu floue. La conférence de notre premier ministre Jean Castex du jeudi 26 novembre ne nous a laissé que peu d’espoir même si elle n’abordait pas directement la navigation de plaisance. 

*******

La préfécture Maritime de la Manche et Mer du Nord et celle de l’Atlantique ont publié ce jour, chacune, leur arrêté.

  • • La préfecture de la Méditerranée n’a rien publié d’officiel mais s’est exprimée sur Twitter

À partir du 28 novembre 2020, la pratique de loisir des activités de plaisance, est autorisée dans les conditions suivantes : 

– la pratique indviduelle – ou par les personnes d’un même domicile – de ces activités compatibles avec la limite de 3 heures quotidienne et le rayon maximal de déplacement de 20 kilomètres autour du domicile

– la pratique de ces activités par des groupes scolaires et périscolaires ;

– les activités sportives participant à la formation universitaire ;

– la navigation nécessaire à la mise à l’hivernage ou à la vérification des lignes de mouillage des navires de plaisance mouillées hors des ports maritimes. Le plaisancier effectuant ces opérations doit pouvoir présenter aux unités de police les documents relatifs à la propriété du navire, ainsi que l’autorisation de mouillage ;

– la navigation de plaisance pour motif personnel impérieux (déménagement pour motif professionnel d’une personne domiciliée sur son navire de plaisance, retour vers le port d’attache pour une navigation de plaisance entamée avant l’entrée en vigueur du décret n°2020-1310 du 29 octobre 2020,…). Ce motif personnel doit être validé au préalable par la délégation à la mer et au littoral du département de départ ou d’arrivée.

* * *

Par conséquent, hormis les navigateurs qui vivent sur leur bateau ou à quelques kilomètres de leur bateau, peu de gens auront la chance de naviguer dans les prochains jours. En effet, 3 heures pour se rendre au bateau, préparer le bateau, larguer les amarres, naviguer (un peu), rentrer au port, ranger le bateau et rentrer chez soi, c’est presque impossible… (Sauf peut-être, si vous êtes véliplanchiste ou voile-légériste). 

Nous pouvons aussi regretter dans ces nouvelles dispositions qu’au motif de « la sécurité sanitaire », l’un des principes de base de la sécurité en mer soit un peu oublié: celui de ne jamais naviguer seul… 

Quoi qu’il en soit, patience, ce n’est qu’une question de jours avant que l’on puisse retrouver les pontons pour une durée indéterminée!

 A partir du 15 décembre 2020, la double limite de 3h et 20km sera levée!  

Vous pourrez alors naviguer, accompagné des personnes avec qui vous êtes confinés et même sûrement de vos amis ou co-navigateurs puisque les rassemblements privés seront autorisés. Les seules contraintes que vous pourrez alors rencontrer seront celles du couvre-feu qui interdira les déplacements de 21h à 7h (sauf 24 décembre et 31 décembre) et de continuer à appliquer les gestes barrières car l’épidémie de COVID-19 n’ est, hélas, pas encore terminée!

S’agissant de la navigation sur les territoires d’Outre-Mer, seule la Martinique a fait l’objet d’un confinement et d’une interdiction de naviguer à la fin du mois d’octobre. La navigation de plaisance sera de nouveau autorisée à compter du 15 décembre 2020 sur tous les territoires d’Outre-Mer.