Culture maritime

Depuis la disparition de la Revue Loisirs Nautiques, une forme de culture maritime disparaît, remplacée par l’immédiateté que permet Internet. On se connecte, on googlelise et hop ! Vite appris, vite oublié…
La disparition de Loisirs Nautiques

L’univers de la voile repose sur l’expérience, l’humilité et la connaissance; facile pour certains, très difficile pour d’autres, d’appréhender un milieu complexe: la mer, les océans…
Je vous propose des articles de culture maritime qui m’ont interpellé. A vous de nous en proposer d’autres.

In memoriam de 2 architectes naval bien connu des constructeurs amateurs:
Gilbert Caroff
Michel Joubert

Saint Lys Radio s’est arrêté il y 20 ans en 2018

Vous embarquez avec famille / amis pour une sortie en voilier. Quelle est votre responsabilité?
Responsabilité civile du Chef de Bord

Le pavillon d’un bateau de Plaisance:

Le terme pavillon a deux sens :
Le premier matériel, il s’agit du drapeau du pays porté à l’arrière du navire ;
Le second juridique ; il désigne la nationalité de rattachement du bateau, celui où il est immatriculé et dont il relève notamment en haute mer.

Les espaces maritimes Vidéo

Lorsque vous naviguez, vous êtes susceptibles d’être contrôlé par une vedette des douanes, de la gendarmerie, des affaires maritimes, de la marine nationale selon l’espace maritime dans lequel vous êtes et de l’autorité qui le contrôle.

 Il est ainsi possible de classer synthétiquement ces espaces.

EI : Eaux Intérieures, MT : Mer Territoriale sont des espaces maritimes sous souveraineté de l’Etat côtier.
ZC : Zone Contigüe,    ZEE : Zone Economique Exclusive (les 200 milles marins), PC : Plateau Continental son les espaces maritimes où l’Etat côtier exerce seulement des compétences finalisées.

La possession des espaces maritimes est un enjeu majeur entre Etats
Sur 12 milles marins depuis la côte (1 mille = 1 852 mètres), les États sont pleinement souverains sur les espaces maritimes.
Zone économique exclusive. L’État en question peut y exploiter les ressources maritimes, mais doit garantir la libre circulation des navires originaires des autres États.

HM : Haute Mer, ZIFM : Zone Internationale des Fonds Marins sont les espaces maritimes internationaux.

Le trafic maritime mondial

Fini le temps où pendant une transat, on ne rencontrait que 1 ou 2 cargos et quelques pêcheurs près des côtes. Entre 1995 et 2015, le nombre de navires de plus de 300 tonnes brutes est passé de 36 250 à 50 400 unités (40%).  D’où l’utilité croissante de l’AIS.

12 / 02 / 2015   Par Christine Gilliet – Mots et Marées – Pollution sonore / Trafic maritime

« …Connaître et suivre cette évolution est un enjeu majeur pour s’occuper de la santé des océans et de ses écosystèmes. L’augmentation de l’émission de polluants va de pair avec cette croissance. Dans le monde, le trafic maritime a considérablement augmenté depuis le début des années 1990 et a connu une croissance sans précédent. C’est dans l’océan Indien que la plus forte hausse a été enregistrée: elle a dépassé les 300% en 20 ans. Dans l’Atlantique Nord, le Pacifique Nord et la Méditerranée, l’augmentation est estimée entre 100% et 200%.

Cette explosion du trafic maritime génère une importante pollution atmosphérique au-dessus de l’océan. La grande majorité des navires utilisent encore des combustibles lourds très polluants. Ils émettent du dioxyde d’azote (NO2), un gaz généré par les moteurs à diesel (ou gazole), et du dioxyde de soufre (SO2) dû à la combustion de ce carburant de médiocre qualité. Ces polluants contribuent, notamment avec le CO2 (dioxyde de carbone ou gaz carbonique), à l’acidification des eaux des océans qui touche l’ensemble de la chaîne alimentaire. Le NO2 a augmenté de 50% entre 1997 et 2010 sur une des routes les plus fréquentées du monde, entre le Sri Lanka, Sumatra et la Chine…. »

Les risques de Collision et les bateaux drones