Le monstre caché

Le monstre caché

En 2017, une nouvelle espèce de poisson Mola tecta (mola caché en anglais) a été découverte parmi les espèces déjà connues de poisson-lune: Mola mola,  Mola alexandrini, Masturus lanceolatus, Ranzania laevis.! Ces étranges poissons, dont certains font plus de 2 tonnes,se déplacent pourtant sur de grandes distances et vont jusqu’à 800 mètres de profondeur. Cela s’explique par la grande ignorance que nous avons des océans.
Nous sommes tellement occupés à les dévaster : surpêche, reprise de la chasse à la baleine, pollution par le phosphate de nos rivières, eau radioactive de Fukushima, 7 ème continent de déchets plastiques, puits de gaz abandonnées mais qui fuient du méthane en permanence, etc. Alors  les étudier ?

Et pourtant, La compréhension de notre océan est essentielle pour notre avenir, mais les profondeurs océaniques sont encore inexplorées à 95 %.

Pour en savoir plus: https://www.geo.fr/animaux/des-scientifiques-identifient-la-larve-de-lun-des-plus-gros-poissons-au-monde-201478

Prochaines Réunions & Nouvelles de La Transat

Prochaines Réunions & Nouvelles de La Transat

Prochaines réunions  de l’Unité Amateur Rhône-Alpes, à noter:

Assemblée Générale Ordinaire Le 25 novembre 2023 à Vignieu

En janvier : Discussion sur l’armement de bord.

 

29 octobre 2023 – 15h28

Pourquoi mercredi et jeudi, le golfe du Lion est impraticable…

En mer, la dépression très creuse dont le front balaye l’Atlantique de la Manche à Gibraltar ne laisse aucun doute sur la violence extrême des éléments.  Ça ressemble à une carte IGN avec ses courbes de niveaux, qui en météo sont des lignes d’égale pression atmosphérique. En première lecture, plus les lignes sont serrées, plus le vent est fort,! C’est ce gradient (écart de pression) qui génère le vent et il y en a manifestement beaucoup autour du front froid … comme nous l’explique cette carte du service météorologique américain (NOAA), prévision pour le 1er novembre à 12 h TU :  « C’est une tempête d’une violence assez inhabituelle. Voir 65 nœuds sur une carte isobarique n’est vraiment pas courant. La violence du phénomène repose sur les courants jets, les Jetstreams  qui circulent depuis plus de dix jours à grande vitesse au dessus de l’atlantique et qui viennent alimenter les dépressions. On voit bien sur la carte les trois centres dépressionnaires. Au nord de l’Ecosse, celui qui a donné une semaine agitée au Havre et les deux autres qui vont se rejoindre selon les flèches rouge tracées par le prévisionniste. L’étendue du front froid (ligne bleu avec triangles) jusqu’au Sud du Portugal montre bien que la porte était fermée pour tous les bateaux qui n’auraient pas été dans le Sud de Lisbonne avant mercredi.

Analyse en images avec Christian Dumard, météorologue de l’organisation de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre.

Les techniques du marin

Dans cette partie du site UARA, vous trouverez le condensé des réunions techniques, des expériences de chacun et des astuces relevées ici et là…

CONSTRUIRE & S’EQUIPER

Un chantier fonctionnel pour un travail facilité
Dessalinisateur & Accastillage
Gréement: accastillage pour GV lattées        Fabrication des voiles (principes)      Réglage du mât : Instructions et conseils
Un Moteur sur un Voilier, Pourquoi Faire ?

RENOVER

Atelier Moteur            Arrache hélice            Changement d’une bague hydrolube             Opération Vérification Injecteurs
Petit rappel sur les peintures              Calculer la quantité d’antifouling nécessaire
Matelas – Coussins – Vaigrages

NAVIGUER

Matériel de sécurité à bord  et  Radeaux de survie
Incendie et Voie d’Eau à Bord …     Risques de collision

OpenCPN       Energie & OpenCPN
Météo              Pression Atmosphérique        Les cyclones extratropicaux

Mouillage        Mouillage 2    Orin Automatique       Les déplacements au mouillage

Communication en Mer (Montariol 2015)    Atelier de Communication Français-Anglais

Panneaux Solaires (principes)           Gestion de l’Energie (dossier à télécharger)
Le gréement , l’hydro générateur

Petit truc pour les monocoques …

Traitement de l’eau à bord

Naviguer sous les tropiques (quelques détails à ne pas négliger)

La boîte à Outils du bord

VOYAGER

Embarquer un passager qui arrive par avion avec un billet aller-simple:
Certains pays exigent un billet d’avion aller-retour (Bermudes par exemple). Dans ce cas il faut une lettre du skipper, si possible dans la langue locale, en anglais au minimum:         Lettre-type

La vie des étangs et des lagunes : reconnaître la faune au mouillage: partie 1       partie 2

Visiter le Cap Vert à la voile. Tous ceux qui y sont allés ont aimé! Mais les conditions de navigation sont souvent musclées. Voici les recommandations d’un navigateur expérimenté

Les formalités à suivre dans les pays d’Amérique Latine: le Brésil

Le Canal de Panama restera-t-il viable ?

Le Canal de Panama risque-t-il de s’assécher

Conséquence du réchauffement climatique, le canal de Panama est victime d’une forte sécheresse. Le problème est que le canal est alimenté en eau douce. Depuis le printemps 2023, des restrictions ont été mises en place.

La célèbre route pourrait ne plus avoir de l’eau pour ses écluses en raison des faibles précipitations. Les zones sont de plus en plus sèches, la sécheresse est record. Cela impacte même le trafic maritime. Le canal est vital pour le trafic maritime: il représente 6 % du commerce mondial. Des travaux d’élargissement du canal ont été lancés en septembre 2007 pour livrer passage à des navires de plus gros tonnage, transportant jusqu’à 12 000 conteneurs, soit plus du double de la charge auparavant autorisée à emprunter la voie navigable. Le premier navire « new Panamax » (ou neopanamax) a passé les nouvelles écluses le 26 juin 2016.

Son assèchement pourrait pousser les armateurs à se tourner vers d’autres routes, comme la route de l’Arctique en été. À long terme, certains produits pourraient ne même plus être livrés.
Les autorités ont décidé de réduire le passage des bateaux, de 40 à 32 par jour. À chaque passage, 200 millions de litres d’eau sont perdus.  La situation est inédite. “Nous devons trouver des solutions pour continuer à être une route pertinente pour le commerce international. Si on ne s’adapte pas, nous allons mourir”, explique Ricaurte Vasquez, administrateur du canal.

Vidéo de wikipedia

 

 

UARA – Prochaine réunion le samedi 14 octobre 2023

UARA – Prochaine réunion le samedi 14 octobre 2023

Comme d’habitude, ce sera à Vignieu chez le Président à partir de 10 heures.

Pour ceux qui ne peuvent venir il y aura une liaison ZOOM.
Ordre du jour à venir…

Si vous pouvez participer à la réunion, ce serait sympa si chacun pouvait préparer un intervention, notamment :

  • Jeannot pourrait nous parler de la météo et du routage pour son aller et retour aux Açores,
  • Pascal nous donner ses impressions du MAROC : formalités et premiers contacts lorsque on arrive en voilier,
  • Jean-Jacques et Anne nous parler du voyage au long cours qu’ils ont longuement expérimenté : leurs plus belles surprises et leurs pires déconvenues
  • Christian,  qui a navigué malgré tout,  quelles furent ses navigations estivales.
  • Jean-François nous présenter de l’avancement de ses travaux et des nouvelles de la famille Poliakoff
  • Les Rabourdin nous raconter leurs navigations en 2023
  • Gérard devoir nous expliquer comment il a fait pour le changement de la bague hydrolube,
  •  Michel pouvait nous présenter quelques photos de son corsaire.
  • Roch et Lionel nous présenter leurs paradis exotiques…
  • Paco Thouvenin a mis à l’eau son bateau discrètement et navigue en Corse (Beato lui !)

Vos observations en mer

Que faire pour aider les scientifiques qui s’occupent des sanctuaires marins ?

Si vous naviguez dans Le sanctuaire Pelagos *, vous avez des chances de faire des rencontres intéressantes. Il y a des sites qui vous expliquent les protocoles à suivre pour que vos observations puissent être prises en compte.
https://www.observatoire-pelagis.cnrs.fr/wp-content/uploads/2022/04/PROTOCOLE_OBSERVATION-2022.pdf

Si vous naviguez vers La Réunion, Le programme de Sciences Participatives « KODAL » permet à tout photographe d’alimenter le catalogue de nageoires caudales de baleines à bosse migrant chaque saison à La Réunion durant l’hiver austral.La face ventrale de la caudale des baleines à bosse présente des caractéristiques uniques qui permettent d’identifier chaque individu et d’effectuer des rapprochements (recaptures), d’une saison à l’autre ou d’une île à l’autre dans l’océan indien.
Contribuez à nos suivis scientifiques en envoyant vos photos en résolution maximale à photoID@globice.org et, en cas de première identification, proposez un nom pour votre baleine ! Pour réussir vos photo-ID de caudales, consultez le tutoriel  ci-dessous.

Posters des mammifères marins

* Au large des côtes de la Presqu’île de Giens et des îles d’Hyères, le sanctuaire Pelagos est un espace maritime de 87500 km² faisant l’objet d’un Accord entre l’Italie, Monaco et la France pour la protection des mammifères marins qui le fréquentent.

Star Link pour débutants…

Star Link pour débutants…

Passage d’un train de satellites au-dessus de Tübingen

Starlink est un fournisseur d’accès à Internet par satellite de la société SpaceX qui s’appuie sur une constellation de satellites comportant des milliers de satellites de télécommunications placés sur une orbite terrestre basse.Pour atteindre ses objectifs commerciaux, SpaceX prévoit de disposer vers 2025 de 12 000 satellites, chiffre qui doit être porté à terme à 42 000. Plusieurs sociétés concurrentes ont prévu de mettre en service des constellations analogues. OneWeb est la plus avancée.

Pour utiliser les services Starlink l’utilisateur dispose d’un terminal conçu et vendu par SpaceX, qui comprend une antenne à installer à l’extérieur, un routeur Wifi et un boîtier raccordant l’antenne et le routeur. L’antenne doit être installée à l’extérieur dans un environnement dégagé pour permettre l’établissement de la liaison avec un des satellites de la constellation Starlink. L’antenne utilise conjointement un système de pointage électronique et mécanique pour pouvoir maintenir la liaison avec les satellites qui se déplacent très rapidement dans le ciel : un satellite donné se déplace rapidement et ne reste visible au maximum que durant huit minutes.

La viabilité économique de Starlink dépend de nombreux facteurs dont le coût de fabrication des satellites, celui des terminaux utilisateurs, le coût de lancement en orbite, la concurrence des fournisseurs d’accès utilisant des réseaux terrestres et les performances effectives du système.

Enjeux stratégiques

Consciente de l’importance stratégique que constitue le réseau Starlink, la Chine s’intéresse de près à ce système, dans un objectif de surveillance et possiblement de destruction des satellites le composant. Starlink est en effet utilisé par l’armée américaine pour augmenter la vitesse de transmission des données dans l’armée de l’air ainsi que pour le contrôle des drones. Par ses 2 000 satellites en orbite basse en 2022, Starlink représente un important potentiel militaire.

Les satellites en fin de vie sont dirigés vers le point NEMO ?

L’expérience de Lionel                                      29 août 2023

Petit point sur la météo, Starlink et mouillage.
Météo Caraïbes
Site le plus utilisé :               https://www.meteo-tropicale.fr/
Avec en vidéo sur YouTube, l’analyse des différents modèles météo avec des explications très détaillées et l’annonce des risques cycloniques du NHC. Nouvelle vidéo diffusée le dimanche et accessoirement, en cas de risques, tous les jours précédant ce risque.
Autre site bien utilisé :            https://www.windy.com/?14.591,-61.003,8
Et d’autres qui peuvent servir aussi :
Starlink :
J’ai mis mon antenne à plat dans le cockpit et ça fonctionne bien.
Sauf en cas de pluie ou gros nuage au dessus du navire, où ile signal n’arrive pas à traverser ce foutu nuage. Ceci même avec l’antenne sur sa motorisation … Sinon, 15mn après l’alimentation sur ON, le réseau est définitivement accessible.
Je suis actuellement à Carriacou où les moustiques sont au garde à vous en attendant le couché et le levé du soleil pour attaquer !
Mouillage :
Depuis mon départ, j’utilise un téléphone non connecté (pas de carte sim) avec l’appli « Anchor » qui fonctionne très bien juste avec le GPS du téléphone.
L’édition 2023 du Bol d’Or

L’édition 2023 du Bol d’Or

L’édition 2023 du Bol d’Or du 10 et 11 juin

Prévisions :des conditions extrêmement légères
Les conditions de vent très légères avaient déjà conduit à 82 abandons au moment où les premiers bateaux franchissaient enfin la ligne d’arrivée à Genève. La météo devrait toutefois évoluer positivement dimanche matin avec une légère bise au programme. Les concurrents ont jusqu’à 16h pour rejoindre la Nautique.

Au terme d’un final longtemps indécis, Christian Wahl s’est imposé lors l’édition 2023 du Bol d’Or le 10 & 11 juin , après 17h14 de course !
Après ses succès de 2018 et de 2022, le skipper de W-Team remporte définitivement le Trophée du Bol d’Or.

. . o O o . .

Encore devancé à l’entrée du Petit Lac, W-Team a battu de 18’20 le M2 Swiss Medical Network (Victor Casas) après 17h14′ de course pour couper la ligne à 3h14 du matin.

La 3e place est revenue au M2 Patronium (Loïc Preitner) qui a été doublé à… 10 mètres de la ligne d’arrivée par M2 Swiss Medical Network.

« C’était une course très difficile, qui s’est finalement jouée au large de Coppet« , a expliqué Christian Wahl aux organisateurs de la course. « Nous étions alors trois bateaux séparés par dix mètres, avec Realteam Sailing et Patrimonium. Nous sommes parvenus à nous glisser sous Realteam Sailing et à creuser un léger avantage, que nous avons ensuite conservé jusqu’à la ligne d’arrivée ».

Raffica encore sacré chez les monocoques

Dominateur lors de la majorité de la course, le TCFX 35 Real Team (Jérôme Clerc) a finalement terminé 4ème.

L’équipage avait pourtant pris le parti de remplacer ses foils par des dérives traditionnelles au vu des conditions météorologiques très légères. Une option qui s’est avérée favorable, mais qui n’a pas suffi face à la science de la course du « Sorcier du Lac ».

Le Psaros 40 Cellmen Ardentis a dominé l’essentiel de la course, franchissant la marque de mi-parcours en tête avant de finalement céder sa place à l’inévitable Libera hongrois Raffica, qui a franchi la ligne d’arrivée à 5h20 du matin.

Zsolt Király et son équipage, qui avaient remporté définitivement le Bol de Vermeil l’an dernier, décrochent leur 4 ème victoire consécutive.